Physeter macrocephalus (Grand Cachalot) observé et photographié lors d'une croisière d'observation et d'étude des cétacés à la voile - du Var à la Corse

Le Cachalot (Physeter macrocephalus)

Et si on parlait du Grand Cachalot ?

Nom scientifique : Physeter macrocephalus

Le Grand cachalot (Physeter macrocephalus de son nom latin), communément appelé cachalot est un cétacé à dents, ou Odontocète. S’il ressemble donc plus à une baleine de par sa taille, il fait pourtant bien partie du même micro-ordre que les dauphins, orques, marsouins, bélougas, narvals et globicéphales. Il fait cependant partie d’une famille bien particulière, celle des physétéridés. Au sein de sa famille, le Cachalot est l’unique représentant actuel de son genre, Physeter.

Le Cachalot peut vivre jusqu’à plus de 70 ans.

cachalot fiche cétacé

Mensurations du Cachalot

Le Cachalot peut mesurer jusqu’à 20.5m et peser jusqu’à 57 tonnes. Les femelles quant à elles atteignent la taille honorable de 11m pour 14 tonnes. Ces différences de tailles importantes entre mâles et femelles, imperceptibles à la naissance sont appelées « dimorphisme sexuel ». Ses mensurations font de lui le plus grand des cétacés à dents actuel. La légende dit d’ailleurs que Moby Dick mesurait 26 mètres ! Mais ce gigantisme est devenu de plus en plus rare suite aux chasses successives qui ont conduit à une diminution de la taille moyenne des Cachalots.

A quoi ressemble le Cachalot ?


La morphologie du Cachalot est bien atypique. Beaucoup d’entre vous le reconnaissent facilement grâce à sa grosse tête complètement disproportionnée. Cette dernière à la forme d’un parallélépipède et représente le tiers du corps de l’animal ! Sur son sommet, un évent placé sur la gauche donnera au souffle de l’animal son aspect si caractéristique (en avant et vers la gauche).

Sa gueule complètement asymétrique, contient une cinquantaine de dents coniques de 20cm de long sur sa mâchoire inférieure (aucune dent sur la mâchoire supérieure). Ses lèvres sont souvent parcourues de blancs, résultat de nombreuses bagarres entre les individus, mais aussi avec leurs proies.

Mais souvent, en mer, outre le souffle, c’est la queue et le dos que vous apercevrez.

La queue du Cachalot est massive, épaisse puissante et triangulaire avec une encoche caudale profonde. Elle est facilement observable puisque le Cachalot la montre quand il sonde. C’est d’ailleurs elle qu’il vous faudra prendre en photo pour identifier chaque individu.

Le corps, foncé, a un aspect fripé. De loin, il peut, lorsqu’il se repose, être confondu avec un tronc d’arbre qui flotte. Son dos est dépourvu de véritable nageoire dorsale mais présente à sa place une crête qui doit également être photographier pour identifier l’animal.

Les nageoires pectorales, rarement visibles en dehors de l’eau sont très petites comparativement à la taille du Cachalot.

cachalots au repos © Wild Seas Explorer

Les capacités hors normes d'un animal hors normes

Le Cachalot comme tous les cétacés a vu sa morphologie et sa physionomie s’adapter aux milieux marins au fil du temps.

Au même titre que les baleines à bec, le Cachalot est un formidable plongeur ! S’il chasse habituellement entre 300 et 1000m de fond, on sait que ses plongées peuvent durer jusqu’à 90 minutes et qu’il peut atteindre les 2000m de fond. Sa cage thoracique souple lui permet d’éviter l’écrasement de ses poumons. Il est capable d’économiser son oxygène par bradycardie et de le stocker grâce à une quantité importante de myoglobine et de globules rouges.

L’organe du spermaceti dont la densité change en fonction de la température lui permet d’adapter sa flottabilité et ainsi de plonger ou remonter en surface avec moins d’efforts, mais aussi de se stabiliser à certaines profondeurs pour la chasse. Cet organe lui permet également de communiquer en produisant des sons pulsés d’une puissance incomparable.

Le cerveau du Cachalot, bien que présentant un coefficient d’encéphalisation plus faible que beaucoup d’autres espèces, lui permet également une formidable adaptation : l’écholocation qu’il utilise divinement bien lors de ses chasses en eaux profondes et sombres.

Où vit un animal qui a les océans pour lui ?

Physeter macrocephalus est une espèce cosmopolite : il est relativement abondant dans tous les océans du monde et presque toutes les mers, notamment en Méditerranée. Les femelles et les jeunes restent cependant dans les eaux équatoriales ou tropicales, plus chaudes, et ne dépassent pas les 50e parallèles. Seuls les mâles adultes se dirigent vers les zones polaires où la nourriture est plus abondante.

Mâles ou femelles, on les observe bien pus régulièrement dans des zones ou les profondeurs sont supérieures à 1000m, au-dessus des talus continentaux et à proximité des canyons sous-marins.

L’hiver, les mâles se rapprochent des zones équatoriales pour rejoindre les femelles et se reproduire.

Comment satisfaire l'appétit d'un géant des mers?

Le Cachalot passe une grande partie de son temps à la recherche de nourriture lors de plongées qui peuvent durer plus de 60 minutes. L’écholocation permise entre autres par son organe a spermaceti, lui permet de chasser à des grandes profondeurs, là où la visibilité est nulle. Certains émettent l’hypothèse que les sons puissants qu’il émet lui permettraient également d’étourdir ses proies. D’autres pensent que le Cachalot est un chasseur à l’affût qui attendrait, immobiles, ses proies bioluminescentes attirées par les tâches blanches de sa mâchoire.

Le Cachalot est un animal teutophage, qui se nourrit principalement de calmars et de pieuvres. La taille de ses proies dépend beaucoup du lieu de vie du cétacé. Ainsi en Méditerranée, ses proies ont une taille beaucoup plus modérée. Cependant certains reportent qu’il pourrait se nourrir occasionnellement de poissons démersaux et parfois même de requins ou de pinnipèdes.

Ces animaux avalent environ 3% de leur masse corporelle quotidiennement. Aussi la consommation annuelle totale des proies par les cachalots dans le monde avoisinerait les 100 millions de tonnes.

Comportement social du cachalot

Les cachalots sont des animaux grégaires. Les femelles et les petits forment des groupes qui peuvent être importants. Les jeunes mâles quant à eux constituent à l’adolescence des groupes différents dont la taille se réduit avec l’âge. Les vieux mâles sont solitaires. On reporte cependant des regroupements occasionnels de grands mâles, certainement pour des coopérations. Aussi, il n’est pas rare que plusieurs groupes s’assemblent pour former des hardes de plusieurs centaines d’individus. 

Mâtures entre 7 et 13 ans, les femelles attendent en groupe à des basses latitudes d’être visitées par les mâles de plus de 18 ans qui quittent les hautes latitudes pour se reproduire.

Ces animaux abordent la reproduction avec une stratégie K (stratégie de reproduction liée à un faible taux de natalité, à une maturation lente et une longévité importante). Aussi, si les femelles coopèrent pour l’élevage des petits, les mâles s’affrontent pour s’attirer les faveurs d’une dame. La femelle met bas après une gestation de 14 à 16 mois à un unique petit qui sera allaité pendant 19 à 42 mois. Les intervalles entre les naissances sont généralement de 3 à 6 ans. 

Le Cachalot a pour prédateur l’Homme, mais aussi l’Orque, le Globicéphale et la Fausse orque. Ces prédateurs s’en prennent plus facilement aux jeunes et aux femelles faibles. Les autres individus du groupe coopèrent alors pour protéger celui qui est attaqué en l’entourant en formation dite de la marguerite. Ils repoussent alors le prédateur avec de violents coups de caudales.

Les cachalots communiquent en utilisant des clics organisés en séquences : les codas. Les groupes semblent partager une structure et des motifs de codas propre au clan.


Pour en savoir plus, il va falloir sortir en mer !

Physeter macrocephalus (Grand Cachalot) observé et photographié lors d'une croisière d'observation et d'étude des cétacés à la voile - du Var à la Corse
Tags:
No Comments

Post A Comment

You don't have permission to register